Le sommeil, au coeur du bien-être de l’enfant

Loin devant l’alimentation, le sommeil est le premier facteur d’inquiétude des parents. Et pour cause : réveils nocturnes, pleurs, crises à répétition, cauchemars… il n’est pas toujours aisé de mettre son enfant au lit le soir venu. Pourtant, le sommeil est un élément essentiel de son bien-être. Il est bénéfique d’établir un rituel régulier autour du coucher pour offrir à l’enfant un sommeil réparateur et efficace qui le maintienne en pleine forme.

Le sommeil contribue au bien-être et à la bonne santé de l’enfant

 

Les bienfaits du sommeil

Rappelons tout d’abord que les besoins en sommeil diffèrent selon l’âge de l’enfant : un bébé de quelques mois dormira 15 à 18 heures par nuit, tandis qu’un enfant de 10 ans n’aura besoin que de 10 heures de sommeil en moyenne. Chez les enfants et notamment les nourrissons, le sommeil a une fonction essentielle : il régule les hormones qui permettent le développement du cerveau et favorisent une bonne croissance. Le sommeil participe à l’éveil de l’enfant : il l’aide à être attentif et à mémoriser ce qu’il apprend au cours de sa journée. Il facilite également la prise de décision et la maîtrise des émotions. Enfin, une bonne nuit permet à l’enfant de recharger ses batteries et de se lever tous les matins plein d’énergie pour se maintenir en bonne santé.

 

Les risques d’un manque de sommeil chez l’enfant

Il est fréquent pendant la petite enfance que le nourrisson ait un sommeil agité : réveils dans la nuit, pleurs… Le plus souvent, il se rendort rapidement après ces épisodes et n’est pas fatigué pour autant. Mais parfois, le manque de sommeil de l’enfant peut se manifester par des somnolences, ou inversement par de l’hyperactivité et une grande excitation. Un enfant fatigué assimilera moins d’informations, il sera peu patient, irritable et agressif. Si ces problèmes ne sont pas gérés dès le plus jeune âge, les conséquences risquent d’être sérieuses et de freiner le bon développement de l’enfant : échec scolaire, mauvaise gestion de la colère…

 

Comment construire un bon environnement de sommeil ?

 

Les bonnes pratiques autour du coucher

L’adoption d’une routine rassurante apaise l’enfant et lui permet de se mettre au lit sans appréhension. Quelles sont les pratiques à instaurer pour contribuer à créer un bon environnement de sommeil pour votre enfant ?

Avant le coucher, privilégiez une atmosphère calme avec des lumières tamisées, une berceuse et des couleurs douces pour faire de sa chambre un espace de repos et non plus de jeu. La lecture d’une histoire avant de dormir favorise le sommeil car elle détache l’enfant de ses préoccupations quotidiennes. En revanche, les films et jeux vidéos sont à proscrire avant de se mettre au lit. La lumière projetée par les écrans est semblable à celle du jour, et ralentit la sécrétion de mélatonine qui favorise l’endormissement. Il en va de même pour les sodas, à interdire avant le coucher car les sucres qu’ils contiennent empêchent de trouver le sommeil.

 

Réagir face aux crises

Si une fois au lit, votre enfant vous réclame, fait des crises de larmes ou se relève, il faut lui apprendre à s’endormir seul en ne cédant pas à toutes ses demandes. En faisant preuve à la fois de fermeté et de patience, invitez-le à retourner se coucher seul. Tout en comprenant ses peurs, expliquez-lui qu’il n’a rien à craindre dans son lit et qu’il peut s’endormir paisiblement. Des phrases comme “bonne nuit, à demain matin” ou “je t’appellerai pour le petit-déjeuner” rassurent l’enfant sur le fait qu’il vous reverra le lendemain, et contribuent à apaiser ses angoisses.

La mise en place d’un rituel autour du coucher assure un moment serein et paisible pour les enfants comme pour les parents… Et un bien-être maximisé pour toute la famille !

0 Comments

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *